Présentation et partage d’informations sur notre église

Pentecôte, oui, mais…

On oubli souvent que la Pentecôte est tout d’abord une des principales fêtes Juive.

Un peu d’attention permet de voir la relation de cette fête des récoltes, cinquante jours après le sabbat de la Pâque, et les cinquante années qui se terminaient par le grand jubilé, tous les cinquante ans.

Le mot ‘moisson’ rappelle, évidemment, une parole de Jésus que vous avez sans doute en mémoire : La moisson est grande, mais il y a peu ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson (Mtt 9.37). Ou, cette autre, lors de la rencontre avec la Samaritaine (Jn 4.35) : Je vous le dis ; Levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.

Voyez-vous le rapport avec les mots de notre Seigneur aux siens, juste avant de les quitter (Ac 1.8) ?

Vous recevrez une puissance venant du Saint-Esprit sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute le Judée, dans la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre.

…/… Lisons-le en Joël (2.28-32)

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Pierre ne l’a pas cité en entier et pourquoi il en a changé deux éléments ?
La raison en est éclairante. Là où Joël rapporte : même sur les serviteurs et sur les servantes… Pierre dit : sur mes serviteurs et sur mes servantes…  Et là où Joël parle de Jour grand et terrible,Pierre dit jour grand et glorieux.
Est-ce que sa mémoire a en des ratés ? Bien sûr que non. Le changement ne pouvait venir que de l’Esprit qui inspirait sa prédication. Et l’Esprit, lui, savait que cette Pentecôte-là ne serait qu’un avant-goût parce que le peuple, dans son ensemble, ne recevrait pas le message et ne se convertirait pas avant la fin d’une longue mise à l’écart. Mais rien ne nous empêche, nous, de comprendre aujourd’hui, car nous savons que, spécialement auprès des leaders de la nation, l’incrédulité allait persister pendant toute la période des Actes des apôtres — un temps de patience — jusqu’à ce que Paul dise, après avoir cité Esaïe 6.9, 10, Sachez donc que ce salut de Dieu a été envoyé aux païens et qu’eux l’écouteront.

En conclusion :

Si nous voulons comprendre les Ecritures afin d’y régler notre comportement, il nous faut laisser à Israël et aux apôtres de la circoncision, ce qui leur appartient, mais, en même temps, nous l’appliquer, car tant que notre vie, nos actions, notre témoignage, n’auront pas été rendus vivants (‘animés’ dans tous le sens de ce mot), tous nos efforts seront vains.

Jésus avait dit aux siens. Restez à Jérusalem, attendez jusqu’à ce que vous ayez reçu la puissance du Saint-Esprit.

Nous imaginons-nous capables de quoi que ce soit de bon, sans en être revêtus ?

Que Dieu nous éclaire et nous rende de plus en plus consciemment dépendants de son secours.oël

Verified by MonsterInsights